Le spectacle intitulé SHAPING a pour sujet l’aspiration de l’homme à la beauté, à l’idéalisation, et à l’immortalité. Le point de départ est l’idée antique qui veut que la beauté parfaite ne puisse naître que dans l’art, que la beauté du corps est sublimée par l’art et que, grâce à cette idéalisation, l’on peut accéder au divin et à l’impérissable.

L’acteur, c’est le sculpteur de la période classique grecque. Il travaille la réalité jusqu’à ce qu’il pense avoir créé un être parfait. Dans le projet de danse, cette idée du monde antique est mise en relation avec le présent. Aujourd’hui, l’idéalisation, la quête de la perfection dépasse l’art, le sculpteur et sa quête du divin. L’acteur, dans le contexte actuel, c’est l’individu autonome dans tous les secteurs du réel et de la vie concrète. Un concept idéalisé de la vie a pris la place de l’art ; le culte du divin est remplacé par le culte de l’efficacité, de la rapidité et du succès. Par conséquent, l’homme perd son rôle d’acteur, de « façonneur ». L’homme se transforme en produit qui est conçu de manière mécanique, puis digitale, enfin virtuelle.

Matthias Kass (choreographer & director)

Clément Bugnon (choreographer)

Mattia Saracino (performer)

Natalie Farkas (performer)

Nitzan Moshe (performer)

Jeremy Alberge (performer)

Simone Elliott (assistant)

Rosalia Pace (apprentice)

Marion Noëlle (broadcasting manager)

Michio Woirgardt (composer / musician)

Szymon Brzoska (composer)

Barbara Drazkowska (pianist)

Victor Guaita (violist)

Katharina Andes (costume design)

Clément Bugnon (light & stage design)

Marion Noëlle (light design)

Gregory Batardon (photographer)

Frame Factory (video production)

Oriel Steinmann (live director)

Dario Willommet (camera operator)

Pierre Béronie (camera operator)

The production was co-produced by Théâtre Interface and supported by: